ESKANOUIL'
8Déc/110

Mongolie, c’est fini !

Jeudi 10 novembre, le réveil sonne tôt : nous pensons prendre un bus à 8h direction Mandalgovi, au début du désert de Gobi, pour s’en faire un petit aperçu avant de quitter la Mongolie. Nous ne sommes pas plus motivés que ça, et après une discussion avec le gars de la guest house Khongor, nous décidons de laisser tomber et de plutôt descendre tranquillement vers la frontière chinoise. Celle que nous voulions à la base franchir, dans le désert, n’est pas ouverte aux touristes. Nous avons aussi peur de devoir dépenser plein de sous en ayant envie d’aller se balader un peu… Pas de regret, on retourne se coucher, puis on va prendre nos billets de train pour Sainshand, ville dans le gobi sur la ligne de train entre Ulaan Baatar et la Chine. Nous partons le lendemain matin.

30Nov/114

Le retour des Eskanouil !

Hé non, nous ne sommes pas perdus au beau milieu de la Chine (enfin presque mais volontairement!), nous n'avons pas été arrêtés, séquestrés, mal traités ou autre !

Nous avons juste eu du mal depuis notre arrivée en Chine à accéder à notre blog, nous avons récemment trouvé un moyen (pas très pratique, et ILLEGAL !!) : nous finissons donc de vous concocter nos derniers récits de Mongolie et les premiers de Chine, et de sélectionner nos plus belles photos (en espérant qu'on puisse les charger sur le blog...), patience, ça arrive!

Remplis sous: Non classé 4 Commentaires
7Nov/117

Mongolia la suite

Mardi 25 octobre, le dortoir de la guest house Khongor se réveille matinalement pendant que la petite chambre au premier a du mal à émerger… Michka, Manu, dépêchez-vous, on va louper le bus !

Après un petit petit déj et après avoir réglé nos nuits, nous partons dans la Peace Avenue d’Ulan Bator pour aller choper un bus direction la gare routière « Dragon » (où nous avions atterri en arrivant à Ulan Bator quelques jours plus tôt), afin de trouver un bus qui pourrait nous amener à Kharkhorin. Les horaires sont vagues, impossible de les connaitre à moins de se rendre sur place !

Finalement, le bus est à 11h, parfait, cela nous laisse le temps d’un petit café !

Après 6h de route à travers un tout petit bout de la Mongolie, nous arrivons à Kharkhorin dans l’après-midi (on nous avait dit que le bus mettrait 8h… bonne surprise). Très vite, une dame au foulard gris à pois rose nous accoste pour nous proposer sa guest house, une yourte pour nous à côté de celle de sa famille… C’est pas trop cher, on y va et on s’installe dans notre nouvelle maison !

Remplis sous: Non classé Lire la suite
6Nov/118

Mongolia les debuts

Vendredi 14 octobre.

Le train roule toute la nuit et nous descendons à Наушки (Naouchki) en début d’après midi. La ville est étrange, déserte, grise et la gare semble être le centre de tout. Effectivement, ce lieu est un ancien poste de frontière, transformé en gare avec l’arrivée du Transmongolien, puis en ville au fur et à mesure que les cabanes de bois et de taule sont apparues autour de la voie ferrée…

On n’a pas envie de s’y attarder, mais malheureusement, le prochain train pour la Mongolie est à 18h, le lendemain (celui du jour étant complet). On dormira donc, à la gare ! On mangera des noodles réchauffées à l’eau chaude du robinet et devrons nous « battre » pour ne pas partager notre chambre avec deux cheminots russes…

On part finalement de ce trou, sans n’avoir rien trouvé à faire de notre journée. On fait la rencontre de Marie et Julien, deux autres voyageurs français, et on monte dans l’unique wagon du train traversant la frontière. Après quelques contrôles, « debout, regardez moi dans les yeux ! » (ou quelque chose comme ca), ca y est on arrive à Сүхбаатар (Süchbaatar), en Mongolie. On partage une grande chambre d’hôtel avec nos nouveaux compagnons pour la modique somme de 6 euros par couple (douche comprise !) et le lendemain, nous mangerons pour 2 euros par personne. Ca s’annonce bien !

Remplis sous: Non classé Lire la suite
17Oct/1110

Sur l ile d Olkhon…

Nous quittons la ville et trouvons vite le sommeil dans ce van surchauffé, tout le monde s’endort d’ailleurs et nous partons sur une route encore potable en direction du lac Baïkal et de l’île d’Olkhon.

Les secousses troublent ensuite notre sommeil, ça y est, nous voilà sur de la piste, au milieu de steppes désertiques parsemées d’herbe sèche et de nombreux troupeau de vaches et chevaux. Au loin, des montagnes toutes aussi désertiques. Le paysage est magnifique. Nous qui voulions au début tenter d’y aller en stop, nous sommes bien contents en constatant le nombre de voitures que l’on croise sur la totalité de la « route » !

Après 4h, voire plus, nous apercevons derrière une colline le lac Baïkal, majestueux. Il fait gris ce jour là. Le van s’arrête, il faut maintenant attendre le ferry pour passer de l’autre côté.

Remplis sous: Russie Lire la suite