ESKANOUIL'
17Oct/113

Irkoutsk

Mardi 4 octobre, 2h30 heure locale (soit 21h30 à Moscou, 19h30 en France), notre train rentre en gare d’Irkoutsk.

Lena nous fait signe de la suivre, son mari est venu nous chercher, nous entrons dans sa belle volvo vert foncé, un peu à l’aveuglette, espérant qu’ils habitent dans le centre ou pas trop loin, c’est parti pour de nouvelles aventures !

 

Finalement, on sort d’Irkoutsk, ils habitent un village juste à côté, au bord du fleuve Angara, qui va se jeter dans le Baïkal 65 km plus loin.

Leur fille Victoria attend sa mère qu’elle n’a pas vu depuis trois semaines, nous mangeons des pili minis, petit raviolis fourrés à la viande et cuits dans un bouillon, prenons une bonne douche puis filons nous coucher. Le lendemain, nous sommes censés nous lever à 8h30 pour aller faire notre demande de visas au consulat Mongole…

Bien sûr, nous n’ouvrons l’œil qu’à 12h46, cassés par les trois jours de train et le décalage horaire…

Nous allons donc tranquillement nous promener en ville, Igor nous y dépose gentiment, on comprend vite qu’on ne prendra pas le bus, ils se plient déjà en 4 pour nous accueillir…

On y trouve un mélange de grands bâtiments gris soviético-bétonnés, de vieux jolis bâtiments (genre les églises), de statues très modernes et de vieilles maisons (baraques) de bois peintes avec des couleurs vives (la plupart du temps dans des jolis camaïeux de vert et bleu… Marjo en raffole et a une pensée pour Noé à chaque nouvelle fenêtre !) et qui pour la plupart ne tiennent plus vraiment droit et s’affaissent dans le sol peu à peu…

Bière et mets russes délicieux rythmeront notre soirée [nous prenons d’ailleurs l’apéro après le repas ici : bière + biscuits !], jusqu’à ce qu’intervienne un hic que nous n’avions pas prévu : le consulat est fermé le mercredi ! BRAVO les Eskanouil !

Elena et Igor nous proposent alors de partir en excursion, puisqu’à 65km de là se trouve le lac Baïkal. Nous partons donc le lendemain en fin de matinée avec eux, le moteur de la belle volvo à boite automatique gronde, et son ronronnement sur la grande ligne droite aux grandes montées (et descentes !) parsemée de forêts de bouleaux interminables, nous berce jusqu’à la « mer ».

Effectivement, la découverte nous stupéfait, on ne voit pas l’autre côté du lac, il y a des énormes bateaux de pêche qui rentrent au port, des plages interminables, des vagues, …

Nous mangerons de l’umul (poisson du lac) cuit d’une manière délicieuse (un peu fumé) sur une table en bois dans un parc surplombant le lac, avec de la bonne bière et plein de bonne humeur.

Ils nous feront aussi faire une escale dans un musée regroupant plein de maisons traditionnelles russes, malheureusement la barrière de la langue fait que l’on n’a pas pu tout à fait comprendre de quoi il s’agissait…

Nos demandes de visas ont donc été faites le jeudi matin, la dame nous a fait un peu peur en nous demandant une attestation d’assurance et d’autres papiers que nous n’avions pas, mais bon, ça a l’air de se faire à la tête du client puisque 2 minutes après notre réponse négative elle a déposé nos passeports avec nos demandes en haut de la pile !

Victoria, la fille d’Igor et Elena, est actrice et nous a invité à venir la voir au théâtre ce soir là, elle n’apparaissait que peu de temps en dansant, mais ça peut être sympa. On n’a rien compris à la pièce, bien sur, à part que c’était sur l’histoire de la ville, et à l’occasion des 350 ans d’Irkoutsk. Nous avons quand même pu apprécier la salle, les décors, les costumes et l’ambiance du théâtre russe ! Nous étions en plus placés VIP au balcon gauche, et gratuitement !

Vendredi matin, nous partons direction la gare routière dans l’optique de prendre un bus direction l’ile d’Olkhon (à prononcer Alrhoone), sur laquelle vit Serguei que nous avons contacté via couch surfing.

Elena et Igor nous y accompagnent et nous aident à trouver un mini bus pour partir sur l’île. Ivan nous fait monter dans son van, il est 9h, il partira à 10h, le temps de remplir le bus.

Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. Encore un nouvel article qui fait voyager entres paysages, rencontres, architectures, et petits soucis du quotidiens tels que demandes de visa. On se balade avec vous, et la petite vie lyonnaise devient à côté terriblement banale… Encore une fois, je me répète: « vous vendez du rêve! ».
    Vous vous en sortez comme des chefs pour vos hébergements. Toutes ces rencontres paraissent tomber comme un cheveu sur la soupe mais tellement au bon moment. Le grand hasard qui pimente les voyages. Quelle est la traduction d’inch’allah en Russe?
    Ma petite canaille de Marjo, j’apprécie la spéciale cassdédi, est-ce qu’ils ont aussi des maisons à pois? ihi!
    Aux prochaines aventures, portez vous bien!

  2. Pensez-vous que ce sont vos bonnes bouilles qui incitent les gens à tant de générosité ?
    taxi, hôtel, excursion, théâtre, guide, quand vous arrivez quelque part on a l’impression que le monde vous attendait … que la vie s’organise autour … de vous !

    bise
    claire


Laisser un commentaire

Aucun trackbacks pour l'instant